réseaux sociaux

QUAND FACEBOOK DEVIENT UN CHAMPS DE BATAILLE CONTRE LE NDJANSANG*

Ces derniers mois lors de ma tournée des réseaux sociaux, en particulier Facebook j’ai été interpellée par un thème local actuel: celui des campagnes anti-ndjansang. En effet, au Cameroun le « Ndjansang » est un terme qui désigne l’ensemble des méthodes destinées à dépigmenter volontairement sa peau afin de devenir clair. C’est une expression locale telle que le Khessal au Sénégal ou le Tchato en Côte d’Ivoire, qui désignent eux aussi les méthodes et produits décapants. Je me suis arrêtée sur trois (03) comptes de Camerounais qui s’érigent chacun à sa manière contre la dépigmentation volontaire de la peau.

TINNY LAGRAINE (LE COMBAT CONTINU)

FB_IMG_1508263167011.jpg

 

Tinny se base principalement sur les effets néfastes, conséquences de la dépigmentation volontaire ou utilisation du Ndjansang ainsi que d’autres artifices tels que du make up exagérés, afin de sensibiliser son audience sur facebook.

 

Il utilise beaucoup d’humour et aussi du sarcasme pour véhiculer le message selon lequel détruire sa peau naturelle pour aspirer à « une beauté » terni plutôt « la beauté ». Venant d’un homme cela est plutôt encourageant lorsqu’on sait que l’une des raisons (souvent évoquées) qui poussent surtout les femmes à se décaper c’est afin de plaire aux hommes. On a alors parfois l’impression que les hommes Camerounais et en Majorité de l’Afrique Noire (en particulier Ouest, Centre et Sud) préfèrent les femmes qui ont la peau claire, pourtant il n’en est rien.

Tinny exhorte donc à travers le canal du réseau social qu’est Facebook les femmes Camerounaises à s’éloigner voire rejeter ces produits nocifs pour leur santé qui en fin de compte terniront leur beauté naturelle. Ce n’est pas une chose aisée car sous des posts il arrive qu’il se fasse attaquer et menacer, c’est la raison pour laquelle il parle de « combat » qu’il a bien l’intention de continuer.

Le déclic

Lorsque je lui ai posé la question de savoir pourquoi cet angouement sur la toile contre le Ndjansang, Tinny m’a fait couler des larmes

IMG_20171017_205027_164.JPG

LOUISE BLANCHE NGO MASSO (LA NERVEUSE)

FB_IMG_1508269981239

Louise Blanche est mon coup de coeur du mois. Si ce n’est que récemment qu’elle a attiré mon attention, ça fait longtemps qu’elle s’insurge contre la dépigmentation volontaire de la peau. Quand je parle de s’insurger elle n’y va pas de main morte et n’emploie pas toujours la douceur dans ses propos. En fait ce qui attire l’attention sur elle avant qu’elle n’ouvre la bouche c’est sa couleur de peau. Parfois lorsqu’une femme à la peau noire dit que c’est une mauvaise pratique que de se décaper, « on » lui répond qu’elle est jalouse et qu’elle envie en fait les femmes au teint clair qui sont plus jolies. Alors Louise Blanche est albinos et elle a l’impression que les femmes noires n’ont pas connaissance de la chance qu’elles ont avec les atouts naturels qu’offre la mélanine qu’elles produisent à volonté, alors elles décident de la détruire.

Elle est plutôt assez suivie sur les réseaux sociaux en particulier Facebook et même si son franc-parler heurte plus d’une, elle est appréciée par la majorité. Mettre cette influence à profit en sensibilisant même par force et à travers beaucoup d’ironie (car cela fait partie de sa personnalité en fin de compte) est ce qu’elle fait de mieux.

Le déclic

c’est pour une raison très personnelle que Louise a la rage. Certains prennent cela pour de la rigolade lorsqu’on leur dit que les produits décapants sont nocifs et entraînent la mort, elle a pourtant été frappée de très près.

IMG_20171017_210211_580.JPG

LA PAGE  » NON AU NDJANSANG »

Il y’a quelques mois j’ai créé une page sur facebook (qui a une description de blog personnel) que j’ai appelée « NonAuNdjansang ». Ce titre décrit en lui-même le but de l’existence de la page: pousser les femmes noires à dire non à la dépigmentation volontaire de la peau.

Ma méthode est différente des premières même si j’ai récemment publié un billet rédigé par mon coup de coeur du mois « Louise Blanche »: Le Ndjansang: au-delà du complexe, l’ignorance règne. En effet, à travers le blog je m’attèle à motiver et changer la manière de penser des femmes noires (pour celles qui voient en la peau claire une sorte d’accomplissement) en leur faisant prendre conscience de leur potentiel, des atouts et surtout des réalités, à travers des « modèles noires » et des billets à caractère inspirationnel.

De plus, je propose des astuces pour l’entretien de sa peau naturelle, puisque le slogan est « Ne détruisez pas votre peau, entretenez-la ». Enfin je publie des reportages et témoignages sur les méfaits de la dépigmentation et surtout les bienfaits de l’assurance en soi et l’amour de soi.

Le déclic

Des personnes autour de moi se décapent la peau sous prétexte que cela les rendra plus belles et préfèrent ignorer les conséquences (qui pour elles sont moindres par rapport aux bénéfices). Cette situation ne m’irrite pas, ne m’écoeure pas, mais me fait pitié. Alors je leur en parle. J’ai décidé (puisque ces cas ne sont pas isolés) de ne pas m’arrêter aux personnes autour de moi qui font cette pratique mais de m’adresser à plusieurs autres qui ne la font même pas encore mais ont le profil de futures utilisatrices de Ndjansang, afin qu’elles soient conscientes de la réalité et ne succombent pas.

AU FINAL, je me souviens que lors de mon premier post contre le Ndjansang sur mon compte personnel facebook, plusieurs personnes m’ont rit au nez et ont dit que je ne serai pas capable de changer le monde ou d’aspirer à convaincre la masse car l’effet inverse est plus puissant et les cerveaux sont rouillés. Toutefois, comme Tinny Lagraine et Louise Blanche, je reste convaincue qu’un petit geste pourrait sauver au moins une personne et jusqu’à preuve du contraire un reste supérieur à zéro. Si on utilise les réseaux sociaux pour se détendre, perdre du temps en balançant des insolites ou en faisant des clashs sur des stars, pourquoi ne pas utiliser ce canal pour poursuivre un but utile?

Retrouver Tinny La graine sur Facebook

Retrouver Louise Blanche Ngo Masso

Aller sur la page « Non au Ndjansang »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MW

 

 

 

 

 

 

 

 

1 réflexion au sujet de “QUAND FACEBOOK DEVIENT UN CHAMPS DE BATAILLE CONTRE LE NDJANSANG*”

  1. Cette bataille serait plus efficace si l’État s’y impliquait en interdisant l’importation ou la vente des produits décapants mais hélas semblerait il que ça « court « 

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s