réseaux sociaux

ÊTRE ACCRO AUX RÉSEAUX SOCIAUX: UNE MALADIE?

Que faites-vous en premier à votre réveil? Moi je tends le bras vers le chevet et récupère mon smartphone, ensuite j’active ma connexion internet pour lire les notifications whatsapp, facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn. S’il n’y a presque pas de notifications, je réfléchis rapidement à une publication à faire pour amener mes « amis » à réagir. Je ne me sépare ensuite de mon téléphone que lorsque je suis devant un ordinateur. Mon entourage pense donc que je suis social media addicted.

IMG_20170808_165323_587

Il y’a quelques jours en visitant des publications sur Instagram, je suis tombée sur une vidéo d’une comédienne Nigériane que je suis (Maraji), dans laquelle elle mimiquait les différents types de personnes au réveil: personnes normales (qui ramassent leur smartphone en premier) et personnes stressées (qui réfléchissent en changeant de position sur le lit au petit matin). J’étais heureuse de savoir que je fais partie de la catégorie de personnes normales (lol). Du moins que je ne suis pas seule dans cette situation.

J’ai envie de dire « quand je parle de moi, je parle de vous » car je ne suis pas un cas isolé. la majorité des jeunes très connectés et même des moins jeunes (ça existe déjà) semblent être des social media addicted.

IMG_20170808_165407_410

EST-CE UNE MALADIE? 

Il n’est pas possible de quantifier le degré de connectivité qui puisse pousser à dire qu’une personne est devenue accro. Pour ma part je suis hyper connectée, le seul moment où je suis off c’est lorsque je suis endormie (soit 6 à 7 heures par jour). Je suis donc connectée au moins 17heures par jours). Enorme quand même hein! lol

Cliniquement parlant, être accro aux réseaux sociaux n’est pas considéré comme une maladie. Le plus souvent les conséquences sont sociales, lorsque la personne s’isole et ne participe plus aux activités avec son entourage dans la vie réelle. Et indirectement, le manque de sommeil, dû aux longs moments passés sur internet, peut entraîner une grande fatigue physique.

COMPRENDRE POURQUOI NOUS SOMMES ACCROS

Au lieu de classifier les personnes hyper connectées dans la catégorie de malades, il serait plus adéquat de comprendre pourquoi et surtout comment elles sont connectées?

Pourquoi?

Internet en général et les réseaux sociaux en particulier, contrairement aux média traditionnels ne limitent pas les utilisateurs à la catégorie de voyeurs (passifs), il est possible d’être actif, de produire du contenu. Il s’agit d’un échange entre interlocuteurs qui est prisé. De plus, cela permet de nourrir l’égo narcissique de certains utilisateurs. Il leur est possible désormais de se montrer, se faire voir, se laisser apprécier. Les likes et les commentaires sont souvent sources d’une assurance dont on a pas toujours conscience de la portée.

De plus, je l’ai déjà mentionné plusieurs fois dans de précédents billets en parlant de l’impact des réseaux sociaux: ceux-ci ne sont pas uniquement utiles au divertissement, mais ont un réel avantage sur le plan professionnel. Il existe pour cela des réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo et Xing, les plus connus). Toutefois, cela ne voudrait pas dire que les autres réseaux sociaux tels que facebook et Instagram ne peuvent pas être exploités de façon professionnelle. Car c’est là que se trouvent les cibles des entreprises. Et c’est là que peuvent vous retrouver de potentiels investisseurs. La preuve, on retrouve de plus en plus des entreprises présentes sur ces réseaux sociaux grand public. Je me souviens d’ailleurs qu’il y’a quelques temps encore Orange Cameroun recrutait via Instagram. C’est donc un moyen parfois gratuit de faire valoir ses compétences et se vendre.

IMG_20170711_194851_361

Comment?

Actif ou passif? Être connecté à longueur de journée sans produire de contenu ou partager est une chose, être connecté en créant des échanges en est une autre. Entend que blogueuse et étant donné que j’entretiens des pages de quelques start-up sur les réseaux sociaux, j’estime qu’il est tout à fait normal que je sois hyper réactive et je le considère d’ailleurs comme un boulot. D’aucun sont très actifs dans divers fora sur les plateformes web et peuvent faire des études de comportement des utilisateurs afin de leur proposer des produits/services plus tard. Dans la mesure où cela ne nous empêche pas de vaquer à nos autres différentes obligations et à mener vie normale avec nos proches je ne vois pas en quoi ce serait considéré comme quelque chose de négatif.

Cependant, si la personne est hyper connectée mais ne produit absolument pas de contenu ou ne participe pas aux échanges, il faudrait se poser des questions. Ne cherche t-elle pas à fuir sa réalité? à cacher un problème? Il faudrait que son entourage essaye de comprendre et de l’aider.

 

 

EN DEFINITIVE, 

Pour ma part, il faut pouvoir faire la part des choses. Les réseaux sociaux (professionnels ou grand public) ne devraient pas nous couper du monde réel. Par ailleurs, pour moi être hyper connecté avec des objectifs précis, ne constitue en rien une mauvaise chose, encore moins une maladie.

MW.

 

 

 

 

 

 

 

1 réflexion au sujet de “ÊTRE ACCRO AUX RÉSEAUX SOCIAUX: UNE MALADIE?”

  1. Qui dit maladie, dit absence d’activités, ou réduction du volume d’activités. Alors si tout au contraire tu es productif, cela ne peut être considéré comme une maladie.
    Bien-sûr comme tu l’as mentionné en dissociant les « enarcissique », ceux qui font le « munshong », en clair ceux qui ne rendent aucun service.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s