papier du Dimanche

« NON AU NDJANSANG »: UNE AUTRE FAÇON DE LUTTER CONTRE LA DÉPIGMENTATION DE LA PEAU.

La dépigmentation est une décoloration de la peau lorsque celle ci est dépourvue de son pigment naturel qu’est la mélanine. À l’origine, il s’agit d’une pathologie qui peut être traitée soit par un traitement UV régulier, soit par une greffe de peau. Toutefois, la dépigmentation est volontairement pratiquée par des personnes à la peau noire, afin d’avoir une couleur de peau plus claire. Cette pratique est récurrente en Afrique, dans les pays tels que le Congo, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, l’Afrique du Sud et le Cameroun.

La dépigmentation est lourde de conséquences sur la santé de la personne qui la pratique et aussi de son entourage. Malgré l’exposition des dangers, conséquences et la prise de mesures rigoureuses (telles que la loi votée en Côte d’Ivoire en 2015 interdisant la dépigmentation volontaire de la peau), les femmes noires continuent quand même à s’adonner à cette pratique. Il y’aurait donc un problème profond, si des femmes mettent volontairement leur vie en danger pour à tout prix changer la couleur de leur peau. C’est à partir de cette réflexion que naît l’initiative « NON AU NDJANSANG »

IMG_20170709_182611_931.JPG
graines de Ndjansang

DE QUOI S’AGIT T-IL?

le Ndjansang est une graine utilisée en cuisine en Afrique, elle joue le rôle d’arôme et épaisissant important pour la santé. Ce terme est utilisé de façon populaire au Cameroun pour désigner tout produit dit « éclaircissant » destiné à dépigmenter la peau.

CONTEXTE

La dépigmentation volontaire est un phénomène qui a pris une grande ampleur au point où dans la grande métropole économique du Cameroun (qui est Douala), la surprise est de voir des femmes naturellement noires. Il existe des femmes Africaines et Camerounaises naturellement claires, c’est un fait. Cependant celles à la peau d’ébène s’attèlent aussi à éclaircir la leur. Plusieurs campagnes de sensibilisations ont déjà été menées sur le sujet. La plupart, sinon toutes allaient sur la base des graves conséquences dûes à l’utilisation des produits décapants.

IMG_20170709_182836_969.JPG

L’utilisation des crèmes et autres laits contenants des produits comme des cortitoïdes dures et hydroquinole vous expose aux risques de détérioration de votre épiderme, et vous prédispose aux maladies telles que le diabète et l’hypertension.

Ce message semble tomber dans l’oreille des sourdes car on a l’impression que le phénomène prend encore plus d’ampleur. L’offre devient abondante et variée, il y’en a pour toutes les bourses. Des produits éclaircissants des laboratoires de renom à ceux des sous-quartier fabriqués dans des toilettes en passant par ceux mélangés par des vendeurs de cosmétiques sans formation, ce n’est pas l’offre qui manque!

Le choc devient grand lorsque des groupes sont crées sur les réseaux sociaux (notamment Facebook et whatsapp) avec des noms tels que « club ndjansang » « ndjansanteuses kmer ». Groupes dans lesquels des femmes proposent différents produits qu’elles ont elles-mêmes fabriqué sans aucune certification, à des prix imbattables. Il y’a moins de deux semaines encore que je suis tombée sur une publication de plaintes de certaines utilisatrices d’une crème éclaircissante achetée dans un forum facebook, produit qui leur avait causé de graves lésions cutanées.

IL S’AGIRAIT D’UN PROBLÈME SOCIO-PSYCHOLOGIQUE

Pourquoi les femmes noires se décapent t-elles? Il est nécessaire de leur poser la question:

Je voudrais être belle et attirante. On sait tous que c’est le jaune qui frappe beaucoup!

Je voudrais conquérir des hommes, chez nous ce sont les femmes claires qui ont les privilièges de ces derniers.

C’est le teint commercial! regardez lorsque vous allez dans les services de grandes multinationales, en front office ce sont en majorité des femmes claires. Et même les grandes commerciales sont claires.

Je voudrais avoir un beau teint uniforme, et me sentir bien dans ma peau.

Voilà quelques éléments de réponse.

En gros pour ces femmes les bénéfices qu’elles gagnent en devenant claires valent la peine de prendre des risques. Ainsi, elles jouent à la sourde oreille lorsqu’on s’attèle à leur dire « vous le regretterez ».

MISSIONS DE L’INITIATIVE « NON AU NDJANSANG »

La recherche de la beauté et des privilèges est la principale raison pour laquelle des jeunes femmes se dépigmentent la peau chez nous (au Cameroun). « Non au Ndjansang » se donne pour mission de faire la promotion de la beauté de la peau noire, qui n’est pas une malédiction qu’il faut fuir à tout prix et qui a plein d’atouts naturels et protecteurs ignorés par plusieurs. La couleur noire comme les autres couleurs est déjà belle, il plus approprié et même judicieux de l’entretenir au lieu de chercher à la changer. C’est un des messages importants à diffuser.

L’autre mission non négligeable est le rappel de notre identité, des valeurs de la femme Africaine qui ont toujours fait d’elle ce qu’elle est. Elle n’a pas besoin de mimer la femme à la peau blanche pour se sentir exister. Sensibilité, charisme et ambition sont des valeurs qui doivent renaître chez la jeune fille Camerounaise.

COMMENT S’Y PRENDRE?

Le plan d’actions est axé sur deux phases:

Au niveau digital, puisqu’on est sûr de retrouver forcément la jeune fille/femme Camerounaise sur les réseaux sociaux. Il est question de faire la promotion de la beauté de la peau noire à travers la présentation de plusieurs modèles (volontaires). Un blog a déjà été crée hier 8 Juillet 2017 à cet effet. Le message à faire passer est  » La peau noire est belle, vous n’avez pas besoin de la changer, entretenez-la plutôt ».

L’animation du blog se fera à travers des publications, des spots, des vidéos de présentation des experts médicaux (dermatologues, diététiciens entre autres) et esthéticiens sur des astuces et conseils d’entretien de la peau naturelle. Et propositions de produits adaptés naturels et inoffensifs. Également, des événements (ateliers et débats) seront éventuellement organisés dans ce sens.

La seconde phase consistera à passer du digital au physique, pendant la période scolaire en particulier. Il s’agira de rencontrer des jeunes filles dans leurs établissements afin de les sensibiliser non seulement sur les conséquences de la pratique volontaire de la dépigmentation, mais aussi sur la nécessité de garder son identité en s’acceptant tel qu’on est, ainsi que sur nos valeurs africaines.

DIFFICULTÉS

La  difficulté que l’on rencontre lorsqu’on parle de campagne anti dépigmentation c’est qu’on est rapidement classifié comme un ennemi. Les femmes qui la pratiquent se sentent immédiatement visées et s’offusquent. Lorsqu’on parle de promotion de la beauté de la peau noire, des femmes Africaines claires naturellement se sentent laisées, et lorsqu’on parle de la nécessité d’arrêter l’utilisation des produits éclaircissants qui nocifs pour la santé, les entreprises fabricantes se sentent attaquées. Mener une telle campagne, surtout lorsqu’on est un simple groupe de jeunes soucieux de la société dans laquelle on vit et dans laquelle nos enfants vivront n’est pas aisé. Mais rien de concret ne se construit dans la facilité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AU FINISH

Il est important de traiter le problème de dépigmentation volontaire de façon préventive. Ne plus juste parler des conséquences (très dangereuses) mais jouer sur la cause. En ranimant l’estime de soi chez la jeune fille Camerounaise elle n’aura plus besoin de vouloir ressembler à l’autre pour s’accorder de la valeur.

Page Facebook « NON AU NDJANSANG »

MW

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s