papier du Dimanche

VIVRE SA PASSION AU CAMEROUN C’EST POSSIBLE: À LA RENCONTRE D’UN PHOTOGRAPHE ATYPIQUE

Chacun de nous a toujours rêvé dans son enfance d’excercer une activité à travers laquelle il serait épanoui. Même si l’environnement socio-économique ne joue pas toujours en notre faveur et l’on se voit obligé plus tard de mener une ou des activités qu’on n’a pas préférée (s) ou qu’on n’aime pas forcément, dans le but de survivre et/ou de servir à quelque chose. De la même façon, il arrive que l’on fasse une formation dans un domaine mais que l’on développe une passion qui a une toute autre orientation. Plusieurs personnes décident parfois de tout abandonner pour se dédier à leur passion malgré les difficultés et l’environnement décourageant. Des jeunes comme Steve Abomo exercent dans les domaines de leurs formations mais s’adonnent aussi à leur passion. Il y en a plusieurs au Cameroun qui croient dur comme fer en leur passion.

Steve, bientôt trentainaire, est un Camerounais originaire de la région du Sud. Il a effectué une formation technique en cadrage et montage vidéo à Douala. Il a donc commencé à exercer chez Brainfilm, et ensuite dans l’agence de création design et conception audio visuelle NOTABOO dans la ville de Douala où il est employé actuellement entend que technicien audio visuel. Il aime ce qu’il fait participe dans l’ombre, sans que son nom n’apparaisse nécessairement en gros caractères sur les affiches, à la conception de clips video à succès. C’est le cas de  « Hein père » de STANLEY ENOW et « coller la petite » de FRANKO parmi tant d’autres

Au cours de ses différentes séances de travail (cadrage notamment), le jeune Camerounais s’est épris de la photographie. Il s’est retrouvé à aimer capturer les choses autour de lui, choses qui auraient semblées anodines pour des amateurs comme moi. Des pigeons sur des cables électriques par exemple. Les personnes autour de lui notamment ses collègues trouvaient ces clichés fascinants, c’est de là qu’est véritablement née la flamme d’amour pour la photographie qui le consumme jusqu’aujourd’hui.

Il y a plusieurs mois, c’est à partir d’une photo de profil (très jolie et très appréciée) du jeune animateur d’ Equinoxe Fidjil que j’ai eu connaissance du « photographe professionnel » comme je l’apelle, Steve Abomo. Je précise que cette photo spécialement réalisée par Steve, que Fidjil avait mise en profil, lui avait value 390 likes tandis que la précédente n’avait obtenue que 162 likes. Cependant Steve refuse que l’on le taxe de photographe encore moins professionnel (du moins pour le moment) car il n’a pas effectué de formation adéquate et n’est pas titulaire d’un quelconque certificat en photographie, c’est juste une passion pour lui. Même si pour le moment ses oeuvres parlent pour lui et il est très recommandé dans le milieu par des professionnels pour des clichés.

Dans la photographie, la touche particulière de Steve consiste à avoir de la précision sur l’objet capturé et surtout un zeste de naturel. Il déclare ne pas trop travailler sur les effets de ses images afin de laisser ressortir le petit côté naturel. De plus, il a un grand penchant pour les photos en noir sur blanc.

Comme dans tous les domaines, Steve rencontre des difficultés; que ce soit dans son métier de cadreur ou dans la photographie.Il décrie notamment le fait que les ainés du milieu ne partagent pas leur expérience avec les plus jeunes. Ces jeunes tombent donc dans des pièges qu’ils auraient pu éviter s’ils en avaient conscience ou encore n’ont pas l’opportunité de présenter leur savoir. Car dans ce milieu le relationnel compte pour beaucoup et les novistes peu connus qui ne sont pas toujours mis de l’avant, ne sont pas toujours sollicités.

Dans ses projets à venir il souhaite se spécialiser formellement en photographie à travers une formation professionnelle dans le domaine de photographie. Il s’agit pour lui de rechercher toujours l’amélioration pour perfectionner cet art qui lui tient à coeur. Et surtout plus tard faire le tour du Cameroun pour présenter au monde l’ensemble de richesses naturelles que regorge le pays à travers ses clichés.

MW

4 réflexions au sujet de “VIVRE SA PASSION AU CAMEROUN C’EST POSSIBLE: À LA RENCONTRE D’UN PHOTOGRAPHE ATYPIQUE”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s